Rascal vu par...

Une voix inconnue m’a demandé par téléphone si je voulais participer à l’édition d’un calendrier, je ne sais plus quel mois m’était dévolu, mais c’était la rencontre de Rascal, un jeune homme qui d’emblée m’a paru hors norme, anticonformiste. Et ce fut le départ de conversations aux sujets artistiques inépuisables, bon ferment d’une amitié certaine.

Quand il fut question de travailler à deux sur un projet de livre « jeunesse », mes réticences furent nombreuses. Rascal tenait à me faire rencontrer Christiane Germain, directrices des éditions Pastel. Je sortais d’une dizaine d’années de dessins didactiques pour jeunes et je ne voulais plus entendre parler de ce secteur. A force de persuasion, j’ai compris que ce qui m’étais proposé était un espace de liberté, moi qui avais évolué dans les pires contraintes, dépourvues de toutes créations.

Dès lors a commencé notre duo d’improvisation, d’inventions au jour le jour. Pour notre premier livre « Escales », Rascal lançait des thèmes, je remplissais quantité de feuilles et le livre s’est construit par sélection et montage, je travaillais avec un réalisateur, un peu comme au cinéma.

Ajouter un commentaire